KTM 1290 Superduke GT, le grand tourisme ready to race

KTM 1290 Superduke GT, le GT qui envoie du bois

Sortie au printemps 2016, la KTM 1290 Superduke GT est le pendant tourisme de l’hyper roadster Superduke R. Mais attention au piège, parce qu’à l’autre bout des Alpes, on a une vision du mot "tourisme" bien différente d’ici. Pour les autrichiens de KTM, si tourisme il y a (un peu), sport il y a (beaucoup).  Alors on prend la base de la SDR, on lui colle un minimum d’appendice aérodynamique pour le confort, on calme (un poil) le moteur pour plus de souplesse et basta. Ready to race la GT autrichienne. 

 

Le calme avant la tempête

 Ayant cette moto en prêt pour le week-end, c’est sur la Creusica que je décide de la découvrir. Mais avant les premiers tours de roue, je note déjà que la position du pilote a évolué par rapport au roadster. Assise plus haute, guidon également plus haut et plus large, j’ai surtout été surpris par la selle bizarrement plus dure que celle de la SDR. Au final, on a une position naturelle avec le buste plus droit tout en conservant un léger appui sur les poignets. Si les jambes sont légèrement moins pliées, elles sont surtout mieux protégées des intempéries grâce au réservoir de 23l très large dans sa partie frontale et bien échancré pour conserver de la  finesse au niveau des genoux. Rien à redire côté finition, alors que quelques éléments bien pratiques comme la prise 12v derrière le tableau de bord, ou la molette de réglage du phare très accessible, font leur apparition.

 

Le phare de la KTM 1290 Superduke GT se règle à l'aide de cette molette très accessible
Le phare de la KTM 1290 Superduke GT se règle à l'aide de cette molette très accessible

Un peu de confort dans ce monde de brut

 La matinée étant pluvieuse, les premiers tours de roue se font tranquillement. J’adopte un rythme en conséquence, d’autant que la SDGT roule ses 100 premiers km et qu’il est important de respecter la mécanique.   Suspensions sur "confort", moteur sur "street", poignées chauffantes au mini, tout s’annonce pour le mieux d’autant que le ciel semble se dégager droit devant. Tout en roulant, je règle la bulle en position haute. Un peu juste en dimension, elle protège le buste, en partie les épaules mais pas du tout le casque. Quoi qu’il en soit, j’apprécie ce brise-vent qui, ajouté au reste des "accessoires" GT, permet à cette KTM d'être plus confortable et vivable sur longue distance que "the beast". Les suspensions pilotées apportent un réel plus à ce niveau-là.

 

Feux cornering de la KTM 1290 Superduke GT
Le large réservoir de 23 litres, équipé de ses feux "cornering", protège les jambes du pilote

LC8, le moteur du plaisir

Arrivé à midi du côté de Guéret, le soleil se dévoile et assèche les routes. B3M va pouvoir changer de rythme. Direct, je passe tout en mode sport. Suspensions plus fermes, accélérateur plus vif, on se rapproche des sensations connues sur la SDR sans toutefois les atteindre. Les accélérations sont franches et il y a déjà de quoi prendre du plaisir même sans dépasser les 7000 tr/min dus au rodage en cours. Plus souple à bas régime, cette version du 1301cc LC8 se montre aussi plus progressif dans sa façon de délivrer sa puissance. La différence avec le côté sauvage du SDR est frappante, contrairement à l'avis de certains journalistes.

 

Malgré ses 16 kgs de plus sur la balance par rapport à sa sœur de sang (orange) qui ne manque pas d’R, la GT reste maniable et légère à emmener dans les virolos creusois. Son châssis fait toujours autant merveille, bien secondé par des suspensions WP efficaces quelque soit le revêtement. Peut-être demande-t-elle un peu plus d'effort à la mise sur l'angle, comparé à la SDR qui plonge à la corde à la seule force du regard. La raison est certainement liée à son embonpoint et son centre de gravité un poil plus haut, mais si vous ne connaissez pas la SDR, vous n’y verrez que du feu.

 

suspensions pilotées pour la KTM 1290 Superduke GT
Les suspensions pilotées permettent une certaine polyvalence à la Superduke GT

Un bon compromis entre Super Adventure et Superduke R

Mais les kilomètres défilent et me voilà déjà de retour en Touraine. Au moment de faire le bilan de cette journée, je me rends compte que la selle sur laquelle j'avais quelques inquiétudes, s'est faite oublier pendant 5 heures. De plus, j'ai pu constater que le compteur de vitesse est précis à 3 km/h près, ce qui n'était pas le cas sur la SDR qui avait par exemple 15 km/h de plus que le réel à 150 km/h. C'est quand même plus sympa comme ça !

 

Au final, cette KTM 1290 Superduke GT trouve sa place dans la gamme 1290 de la marque autrichienne. Entre une Superduke R annoncée encore plus exclusive en 2017 et une Super Adventure voyageuse pullman, la GT est une espèce de fusion des 2, et c'est plutôt bien vu de la part de KTM. Ce compromis est pertinent et mérite qu'on s'y attarde. 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Arnaud (mercredi, 21 décembre 2016 11:49)

    Bientôt dans le garage?? ;-)

  • #2

    Chris (dimanche, 08 janvier 2017 17:49)

    ça me démange !! :-)