· 

Triumph Street Triple, bilan fiabilité

Triumph Street Triple 765cc, millésime 2017, roadster à succès

La Triumph Street Triple vient de franchir ses 10 ans d’existence. Née en 2007 d'une version dépouillée de la sportive Daytona, elle rencontre rapidement un grand succès auprès des jeunes motards sportifs. Aujourd'hui gonflée à 765cc, la star british se décline en 3 versions, S, R et RS, démarrant sous le seuil psychologique des 10 000€ dans sa version basique S. Cette rallonge de cylindrée offre un meilleur agrément à l'utilisateur, avec plus de couple et un poil de puissance supplémentaire. Et côté fiabilité, ça donne quoi ?

 

Street Triple, un roadster mid-size jouissif

Compromis entre le couple d'un V2 et l'allonge d'un 4 cylindres en ligne, le trident british est en grande partie la raison du succès de cette Street Triple, mais pas que. Son châssis à la rigidité digne d'une sportive, le poids contenu de l'ensemble, sans parler d'une finition améliorée millésime après millésime, font que cette moto est devenue une référence dans la catégorie roadster, et même au delà. Malgré un côté sportif revendiqué, elle reste agréable à vivre tous les jours, d'autant plus depuis l'arrivée du 765cc au couple maxi placé assez bas sur la plage moteur. La rendre un poil plus polyvalente, c'était assurément le but recherché par Triumph. Contrat rempli.

 

Une fiabilité plutôt correcte sur le 765cc

La Triumph Street Triple 765cc a été commercialisée au printemps 2017. On connait la réputation de Triumph concernant la finition de ses motos. On en sait un peu moins sur la fiabilité. Après un an de vie, voici de quoi avoir une petite idée sur le cas du ST 765cc.Les défauts listés ci-dessous ont été partagés par leurs propriétaires sur les forums :

  • Câble d'embrayage:

En plus d'être gênant pour mettre la clé dans le contacteur, le mauvais passage du câble d'embrayage peut aller jusqu'à une tension anormale de celui-ci provoquant un patinage de l'embrayage. Problème facilement résolu par un meilleur passage du câble et une tension réglée correctement.

  • Vibration du moteur:

Beaucoup se plaigne de vibration importante entre 5000 et 6000 tr/min. Repose-pieds et surtout les rétroviseurs en bout de guidon y sont sensibles. Rien d'anormal mais la cause est peut-être un mauvais rodage !!??

  • Revêtement de la selle:

Quelques cas de mauvaise tenue du revêtement de selle, les agrafes la fixant s'étant arrachées.

  • Tableau de bord:

Quelques défauts de fonctionnement du tableau de bord ont été constatés, comme une remise à 0 des trips aléatoire ou un totalisateur de réserve en miles. Des défauts qui existaient déjà sur le 675.

  • Fuite d'huile moteur:

Un cas de fuite d'huile sur le bas moteur dû à l'absence de joint (!) au niveau de la sortie du câble de l'alternateur.

  • Amortisseur:

La peinture du ressort de l'amortisseur ne supporte pas les projection de gravillons. Il semble que Triumph soit OK pour prendre ce problème en SAV.

 

Voilà pour l'essentiel des défauts connus sur ce millésime 2017, auxquels on peut ajouter de rares cas de fuites sur les bocaux de liquide de frein AV ou AR, des infiltrations d'eau dans le commodo gauche, des serre-câbles qui disparaissent et beaucoup plus fréquent mais pas dangereux, des plaquettes de frein bruyantes.

 

Compteur du Street Triple 765 R et S

Fiabilité en progrès

Même si le moindre défaut provoque le mécontentement des propriétaires, 99% d'entre eux n'ont pas envie de changer de monture, le plaisir que procure la Triumph Street Triple étant largement supérieur aux déconvenues. Ce serait même sévère de mal noter cette moto car ces défauts de fiabilité sont quand même mineurs. Bon, les motos sont encore récentes, rares sont celles qui ont dépassé les 10 000 km. Il sera intéressant de refaire un point d'ici un ou 2 ans.

 

Mais en comparaison du 675, les progrès sont réels. Les défaillances de régulateur et d'alternateur doivent encore hanter les nuits de certains "streeters", tout comme les fuites d'huile au niveau du pignon de sortie de boite ou les mises en route capricieuses (résolues par une mise à jour de l'ECU).

 

A ce jour, il n'y a eu aucun rappel constructeur sur cette machine, au contraire du 675cc qui en a connu au moins 2 sur la centrale ABS et sur le câble d'accélérateur. De net progrès donc, qui doivent rassurer ceux qui hésitent encore à rouler européen.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0